Je n'ai pas connu le premier pas sur la Lune, j'étais trop jeune pour me souvenir de la chute du mur de Berlin.

Vraisemblablement, le moment tristement historique et médiatique qui aura marqué ma jeunesse, cela aura été le 11 septembre.
A quoi bon en parler encore, direz-vous? Je ne sais pas. Mais en même temps, c'est quelque chose d'important. Parce qu'au delà des images qui faisaient la une des journaux aujourd'hui, 7 ans après, c'est un évènement qui revient régulièrement - pas fréquemment, mais régulièrement - dans nos discussions. Parce qu'en plus de l'horreur de l'évènement, de ses implications humaines et politiques, j'y ai aussi pris conscience de l'impact de l'image, de la folie d'un direct.
C'est un peu comme si on allait tous se souvenir toute notre vie de où on était, ce fameux 11 septembre. Je me souviens très bien d'attendre des amis à la sortie du lycée, de croiser un camarade me disant "tu sais, les deux tours, à N-Y, beh elles existent plus", d'être rentrée chez moi incrédule, d'avoir raconté cela à mon père, plus incrédule encore, puis d'avoir allumé la télé. Comme presque tout le monde ce jour-là. Oui, quelque part, on y était tous un peu, au pied de ces Twin towers.

J'aurais préféré me souvenir de la chute du mur de Berlin....