A un test idiot sur facebook qui demandait "qu'est-ce qui vous fait le plus peur?", j'ai répondu l'échec.

L'angoisse cuisante de ne pas réussir quelque chose qu'on entreprend. Ne pas se sentir la force, le courage, les capacités.

Se poser encore et toujours les mêmes questions, tellement imprégnées en vous que vous seriez bien incapables de dire ce qui vous angoisse à ce point. Etre incapable d'analyser le fondement de sa peur, n'avoir aucune alternative satisfaisante sous la main pour pouvoir s'échapper.

Envie de s'enfuir, de se terrer dans un trou, et d'attendre que ça passe. C'est peut-être la saison qui veut ça, j'ai peut-être besoin d'hiberner?

Se sentir mal, au fond, tout le temps, à part dans quelques moments de fuite et d'oubli... en dansant, en faisant des gammes sur un accordéon, en écoutant de la jolie musique, en l'écoutant, lui, jouer de la jolie musique, en me blotissant dans ses bras, en l'aimant... Mais le reste du temps être seule, perdue, presque angoissée de moi-même.

"Je crois que tu as besoin de quelqu'un pour t'épauler" m'a-t-on dit. C'est vrai mais qui? Pas envie d'embêter ma mère avec ça, même si finalement c'est vers elle que je me tourne quand ça ne va vraiment pas. Lui a tellement de soucis à régler pour lui déjà, et il a du mal à saisir ce qui ne va pas, puis il est la seule chose dont je suis convaincue et heureuse sans le moindre doute. Ici, tout le monde est dans la même galère laborieuse, personne n'a le temps de prêter l'oreille à un mal-être.

J'ai tout pour être heureuse et pourtant depuis ce matin, je pleure pour la troisième fois. quelque chose a besoin de sortir, mais je ne sais même pas quoi.

Vivement samedi, pour partir loin d'ici, retrouver mon amour et essayer de retrouver un peu de moi...